23 décembre, 2011

Le Pont, Victor Hugo

Classé dans : — unpeudetao @ 19:54

 
J’avais devant les yeux les ténèbres. L’abîme,
Qui n’a pas de rivage et qui n’a pas de cime,
Etait là, morne, immense ; et rien n’y remuait.
Je me sentais perdu dans l’infini muet.
Au fond, à travers l’ombre, impénétrable voile,
On apercevait Dieu comme une sombre étoile.
Je m’écriais : – Mon âme, ô mon âme ! il faudrait,
Pour traverser ce gouffre où nul bord n’apparaît,
Et pour qu’en cette nuit jusqu’à ton Dieu tu marches,
Bâtir un pont géant sur des milliers d’arches.
Qui le pourra jamais ? Personne ! O deuil ! effroi !
Pleure ! – Un fantôme blanc se dressa devant moi
Pendant que je jetai sur l’ombre un œil d’alarme,
Et ce fantôme avait la forme d’une larme ;
C’était un front de vierge avec des mains d’enfant ;
Il ressemblait au lys que la blancheur défend ;
Ses mains en se joignant faisaient de la lumière.
Il me montra l’abîme où va toute poussière,
Si profond que jamais un écho n’y répond,
Et me dit : – Si tu veux, je bâtirai le pont. -
Vers ce pâle inconnu je levai ma paupière.
- Quel est ton nom ? lui dis-je. Il me dit : – La prière.

 

Victor Hugo (1802-1885).

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

4 réponses à “Le Pont, Victor Hugo”

  1. unpeudetao dit :

    Bonjour ma Rainette !

    J’ai bien pensé aussi à toi pendant ce week-end que j’ai passé auprès d’amis..
    Je te souhaite de passer cette fin d’année dans la joie et la sérénité.
    La vie n’est pas toujours facile mais nous avons tant de choses à comprendre, vivre l’instant présent dans la confiance et l’acceptation de ce qui doit être c’est se dégager de nos liens qui nous bloquent sur un chemin qui doit être, liberté..

    Gros gros bisous ma Diablesse ! Ton don Juan..

  2. Emmabelle dit :

    Coucou mon Don Juan,

    En cette période de réjouissances, je viens te souhaiter de bonnes Fêtes de Noël et un bon réveillon dans une ambiance chaleureuse.

    Je pense aussi à ceux qui sont seuls et démunis alors qu’on devrait être tous en famille, réunis.
    Et des pensées bienveillantes à toutes les personnes seules dans leur chambre d’hôpital.
    Que Dieu accorde une trêve à leur souffrance en ce jour de Noël comme je lui demande de protéger mon petit frère dont l’état de santé s’aggrave et qu’il nous donne encore l’espoir…

    C’est auprès de toi et de tes prières que je viens chercher du réconfort et t’embrasse bien fort.

    Gros bisous de ta Rainette

  3. unpeudetao dit :

    Je vous salue, Marie pleine de grâces ;
    le Seigneur est avec vous.
    Vous êtes bénie entre toutes les femmes
    et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

    Sainte Marie, Mère de Dieu,
    priez pour nous pauvres pécheurs,
    maintenant et à l’heure de notre mort.

    Amen.

  4. unpeudetao dit :

    Notre Père qui es aux cieux,
    que ton Nom soit sanctifié,
    que ton règne vienne,
    que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
    Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

    Pardonne-nous nos offenses,
    comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé.
    Et ne nous soumets pas à la tentation,
    mais délivre nous du mal.

    Amen.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose