• Accueil
  • > Le premier démon qui m’inspira des vers, Nicolas BOILEAU

6 novembre, 2014

Le premier démon qui m’inspira des vers, Nicolas BOILEAU

Classé dans : — unpeudetao @ 12:35

Nourri dès le berceau près de la jeune Orante, Et non moins par le cœur que par le sang lié, À ses jeux innocents enfant associé, Je goûtais les douceurs d’une amitié charmante Quand un faux Esculape, à cervelle ignorante, À la fin d’un long mal vainement pallié, Rompant de ses beaux jours le fil trop délié, Pour jamais me ravit mon aimable parente.

 

Oh ! qu’un si rude coup me fit verser des pleurs ! Bientôt la plume en main signalant mes douleurs, Je demandai raison d’un acte si perfide. Oui, j’en fis dès quinze ans ma plainte à l’univers Et l’ardeur de venger ce barbare homicide Fut le premier démon qui m’inspira des vers.

 

Nicolas BOILEAU (1636-1711).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose