• Accueil
  • > Le scorpion et le crocodile (Conte)

17 octobre, 2008

Le scorpion et le crocodile (Conte)

Classé dans : — unpeudetao @ 18:39

Le scorpion et le crocodile

 

 

 

Un scorpion cherchait à franchir une rivière. Soudain, il aperçoit un crocodile en train de nager non loin de la berge. Il l’appelle et lui demande s’il peut le prendre sur son dos pour le faire traverser.
 Oh non, rétorque le crocodile. Je te connais. Quand nous serons au milieu de la rivière, tu me piqueras et je mourrai.
 Pourquoi ferais-je une telle chose ? répond le scorpion. Si je te pique et que tu meures, je me noierai.

Le crocodile réfléchit un moment à la réponse du scorpion, puis accepte de le faire traverser. Arrivé au milieu de la rivière, le scorpion le pique. Mortellement atteint, tout juste capable de respirer, le crocodile proteste :
 Pourquoi as-tu fais ça ?

 

Le scorpion réfléchit quelques instants, puis, juste avant de se noyer, répond :
 Je sais, j’ai pas pu m’empêcher. C’est dans ma nature.

 

4 réponses à “Le scorpion et le crocodile (Conte)”

  1. Kitsuki Jitsuma dit :

    Ce conte est bien plus connu sous le titre la Grenouille et le Scorpion.
    J’apporterai une nuance.
    « C’est dans ma nature » est la morale classique de ce conte.
    Mais il existe un paragraphe supplémentaire, que seul les scorpions se racontent entre eux et qui donne à la fable son véritable sens.

    Un peu plus loin dans le courant.
    Le scorpion sort de l’eau et vient se sécher une pierre ensoleillée. Il se tourne vers la rivière et regarde le fond de l’eau et déclare :
    « Je sais nager. »

  2. unpeudetao dit :

    Bonjour Alain,
    La question est ouverte.
    Amicalement.

  3. Alain JEAN dit :

    J’aimerais savoir quelle est l’origine de ce conte.

  4. Yves dit :

    C’est la plus grande idée que j’ai pu rencontrée depuis que je travaille et que je suis aussi enfant
    je connaissais ce conte mais il devrai être étudié pour une plus grande solidarité de premier ordre.Savoir et connaitre ses devoirs
    sans jamais envier l’autre et ne pas en faire une excuses pour être soit même plus important sans le panache d’en avoir l’envergure et le courage.
    Tout être humain ne peut profiter de la faiblesse de l’autre.
    Salutations

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose