10 août, 2017

Le semeur, ARMOR

Classé dans : — unpeudetao @ 3:39

I

Le semeur s’avance à pas lents

Sur la glèbe enfin reposée.

Il monte des parfums troublants

Des sillons trempés de rosée…

Et le semeur jette aux sillons

Depuis la fraîcheur de l’aurore

Le grain que de ses chauds rayons

Le grand soleil doit faire éclore.

De ce grain rien ne germera

Que par la volonté qui préside au mystère :

Le semeur ne récoltera

Que si Dieu veut bénir la terre.

II

Le soleil monte à l’horizon,

Dans l’azur lourd il étincelle.

Il faut semer, c’est la saison :

Et malgré que son front ruisselle,

Le semeur va du même pas,

Jette son grain du même geste :

Après lui ne faudra-t-il pas

Que la terre fasse le reste ?

Mais la terre ne fera rien

Sans le pouvoir sacré qui pour nous est mystère,

Et le blé ne poussera bien

Que si Dieu veut bénir la terre !

III

Voici que l’étoile du soir

À l’Occident déjà scintille,

Et le semeur, las, vient s’asseoir,

Devant la table de famille.

Ce fils du sol peut sans faiblir

Accomplir des tâches plus dures :

Car d’avance il voit resplendir

Les champs d’or des moissons futures…

Ô semeur ! sache que ton blé

N’accomplira pas seul son œuvre de mystère :

Mais de biens tu seras comblé

Si Dieu veut bien bénir la terre.

ARMOR (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose