• Accueil
  • > Le sommeil et la mort, Gustave CHATENET

16 novembre, 2013

Le sommeil et la mort, Gustave CHATENET

Classé dans : — unpeudetao @ 17:15

Lorsqu’après son labeur le corps se sent faiblir
Et qu’enfin, étendu sur sa couche, il repose,
La pensée, il est vrai, sous la paupière close,
Semble, avec le regard éteint, s’ensevelir ;
Mais non : indépendant de l’inerte matière,
Notre esprit peut planer sur la nature entière,
S’agiter en tous sens ou bien se recueillir.
Puis, quand, vaincu par l’âge ou par la maladie,
Le corps n’offre au toucher qu’une chair refroidie,
C’est le dernier sommeil, le sommeil de la mort ;
L’homme n’est plus, – mais, loin de partager son sort,
L’esprit laisse au linceul sa dépouille grossière,
Et, libre désormais, inondé de lumière,
Vers l’astre où Dieu le mène, il monte sans effort.
Si, le scalpel en main, on cherche en vain la trace
De l’immortalité ; si, redoublant d’audace,
Le méchant, enrichi des dépouilles d’autrui,
Se rassure en pensant que tout meurt avec lui,
Moi, je sais que mon corps doit se réduire en poudre,
Mais, je le sens, jamais rien ne saurait dissoudre
Ce qui fait que je pense et que j’aime aujourd’hui !

 

Gustave CHATENET (XIXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose