• Accueil
  • > Les deux étoiles, Charles GILL

2 mai, 2012

Les deux étoiles, Charles GILL

Classé dans : — unpeudetao @ 10:22

 

Comme des oiselets fuyant les avalanches
Et sous la tendre mousse abritant leur duvet,
À son premier repos le Bébé réchauffait
Ses pieds roses blottis dans le nid des mains blanches.

 

Front sublime incliné sur l’aurore de Dieu,
La Vierge contemplait le sommeil ineffable
Du nouveau-né promis au monde misérable,
Et qui tremblait de froid dans la grotte sans feu.

 

Son être extasié tressaillait sous le charme ;
Quand Jésus, s’éveillant aux chants des séraphins,
Ouvrit le rêve bleu de ses grands yeux divins,
Le bonheur maternel fondit en une larme.

 

Noël irradia dans deux astres nouveaux :
L’étoile des trois rois mages, céleste guide,
Et cette larme, étoile auguste, plus splendide
Que l’éclat infini des nocturnes joyaux.

 

L’astre, éblouissement de l’ombre sans limite,
Au ciel oriental planait ; son disque ardent,
Par delà les déserts roulait vers l’Occident,
Et les savants pensifs calculaient son orbite ;

 

Mais comme la rosée aux pétales d’un lys
Peut refléter l’aurore en son miroir d’eau vive,
Le pleur tremblant aux cils de la Petite Juive
Reflétait tout l’orgueil des destins accomplis.

 

L’astre s’était paré de sa gloire stellaire
Aux foyers de l’espace, aux brasiers radieux
D’où sont nés les soleils épars au sein des cieux
Pour combler le néant de la nuit séculaire ;

 

Mais, plus belle, la larme avait pris son cristal
Aux candeurs, aux fiertés, à la douceur d’une âme,
À l’attendrissement suave de la femme,
Aux palpitations d’un baiser virginal !

 

L’astre des rois venait du sidéral prodige
Que notre esprit confond avec l’éternité :
Par les tourbillons noirs de l’Éther emporté,
Il s’était englouti dans l’effrayant vertige ;

 

Mais le pleur émané de l’amour maternel,
D’une autre immensité rayonnement sublime,
Descendait de plus haut que l’insondable abîme,
Car le cœur d’une mère est plus grand que le ciel.

 

Charles GILL (1871-1918), poète québécois.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose