• Accueil
  • > Les deux lampes, Comte de SÉGUR

18 juillet, 2014

Les deux lampes, Comte de SÉGUR

Classé dans : — unpeudetao @ 4:42

Tout reposait au temple solitaire, Où veille, du Seigneur, l’éternelle bonté, Une lampe brûlait, et dans le sanctuaire Répandait sa pâle clarté. Une autre lampe auprès pendait inanimée Sans chaleur et sans flamme, et l’huile parfumée Reposait inutile en son sein argenté. « Vous voilà, disait-elle, à demi consumée. Ma sœur, je plains votre destin Du liquide trésor que je porte en mon sein, Demain, je serai pleine encore, Hélas ! que serez-vous, demain ? – Ne me plaignez pas, répond l’autre, J’aime mieux mon sort que le vôtre, Puisqu’il faut en finir, qu’importe le moment ? La lampe où ne luit nulle flamme C’est un corps sans âme Qui languit éternellement. Je bénis la main qui m’allume, Car en brûlant, je me consume, Mais j’éclaire, en me consumant. »

 

Anatole-Philippe comte de SÉGUR (1823-1902).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose