• Accueil
  • > Les liserons, Henri de LAVAL

9 décembre, 2016

Les liserons, Henri de LAVAL

Classé dans : — unpeudetao @ 21:53

Notre corolle est en soie

De différentes couleurs,

Mais elle n’a pas la joie

D’offrir au jour ses lueurs !

Jadis, étant très bien faites,

Nous charmions les papillons,

Et nous leur donnions des fêtes,

En nos cœurs de liserons.

Si bien que les fleurs, jalouses

De notre sort radieux,

De chagrin, dans les pelouses,

Fermèrent toutes les yeux.

En les voyant si moroses,

Le Seigneur, avec amour,

Dit : « Œillets, lilas et roses,

« Vous serez les fleurs du jour ;

« Et vous qui cherchiez fortune

« Avec l’insecte qui luit,

« Désormais, au clair de lune,

« Vous serez la fleur de nuit. »

Depuis cet arrêt, dociles

À la voix du Créateur,

Nous ouvrons, en inutiles,

Le soir venu, notre cœur.

Mais l’œil de l’astre nocturne

Posant sur nous un rayon,

Doit voir, au fond de notre urne,

Quelques pleurs de papillon !

Henri de LAVAL (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose