• Accueil
  • > Les pierres de la Plumaudière, Jules LECŒUR (Conte)

9 janvier, 2013

Les pierres de la Plumaudière, Jules LECŒUR (Conte)

Classé dans : — unpeudetao @ 18:29

LA CROYANCE POPULAIRE attribue au démon l’origine des pierres de la Plumaudière. Elle prétend que l’ennemi de Dieu et des hommes, toujours à l’affût des mauvais coups, résolut un jour de détruire le prieuré du Plessis-Grimoult, qui venait à peine d’être achevé. Il ne voulait laisser miettes de la maison du Seigneur et, par une nuit profonde, il alla se munir au loin d’énormes blocs pour l’en accabler.

 

Le malin est doué d’une force surnaturelle ; mais il avait trop présumé de la sienne, car, en passant au-dessus de la bruyère du Corps-Nu, une fatigue suprême vint tout à coup l’accabler et le força de laisser choir une de ses pierres.

 

On la voit encore dans le champ où elle tomba ; elle est connue sous le nom de la Pierre-Grise, et, la nuit, le passant s’en écarte avec terreur, à cause des apparitions fantastiques qui la hantent.

 

Ainsi allégé, messire Satan reprit sa course, ricanant et se réjouissant d’avance du plaisir qu’il se promettait de surprendre les pauvres moines dans leur sommeil, et de les ensevelir sous les débris de leur monastère.

 

Mais il avait compté sans la vigilance des religieux. Prévenus pas un avertissement venu d’En-Haut, ils s’étaient, par la veille et la prière, préparés à repousser l’attaque. Et quand, soutenu par le vol puissant de ses grandes ailes noires et velues, l’ange déchu arriva au-dessus de la Plumaudière, un vent impétueux, accouru du fond de l’horizon, vint l’arrêter soudain dans sa course.

 

Ce fut alors, dans les sombres profondeurs de l’espace, un si furieux ouragan, une tempête telle que, de mémoire d’homme, on n’en avait vu semblable. Les éclairs et le fracas de la foudre, la grêle et la pluie ne faisaient cesse, et les rafales se déchaînèrent avec une si terrible impétuosité que, malgré ses efforts et ses grands coups d’ailes, l’ange déchu ne put aller plus loin.

 

C’étaient les oraisons des pieux moines, agenouillés dans le sanctuaire de leur chapelle, qui avaient suscité la tempête. Dieu n’avait pas voulu laisser périr ceux qui avaient mis leur confiance en lui.

 

Satan s’entêta, lutta contre la tempête, jeta feu et flammes, fit rage ; mais c’est en vain qu’il s’obstina. C’est en vain que, pour se rendre plus léger, il laissa tomber tantôt une pierre, tantôt une autre ; jamais les vents du ciel ne lui permirent d’avancer, et, sous leur souffle irrésistible, il tourbillonnait comme une feuille sèche jouet de la brise.

 

Le bruit de la lutte nocturne arriva jusqu’au prieuré du Plessis ; les moines redoublèrent de ferveur dans leurs prières et la tourmente redoubla de violence.
Enfin, à bout de forces, le démon se reconnut vaincu. Il déserta la lutte et s’enfuit dans les ténèbres en poussant d’épouvantables rugissements, et en laissant choir dans les champs de la Plumaudière et des environs toutes les pierres dont il avait fait provision.

 

Les unes allèrent s’enfoncer dans la terre, où la charrue du laboureur les rencontre trop souvent ; d’autres restèrent à fleur de terre, et il y en eut qui se plantèrent debout, telles qu’on les voit encore chaque jour que Dieu fait.

 

C’est ainsi que l’abbaye du Plessis-Grimoult échappa par un miracle à l’imminent péril qui la menaçait. Mais ce fut au grand dam des pauvres gens de la Plumaudière, dont les champs sont demeurés criblés de roches.

 

Le diable n’avait cependant aucun motif de leur en vouloir ; bien au contraire ! ajoute malicieusement la légende qui narre la déconvenue du Malin. Nous en demandons pardon à leurs héritiers, hôtes bienveillants des curieux qui vont rendre visite aux pierres. Mais la légende est la légende, et, narrateur fidèle, nous devons, quand même, respecter ce qu’à tort ou à raison elle raconte.

 

On se souvient de la Pierre-Grise, que le diable laissa tomber dans un champ à Lacy, lorsqu’il fut arrêté dans sa course par la tempête suscitée par les oraisons des moines du Plessis. Cette pierre, en quartz comme celles de la Plumaudière, est au midi, et à peu de distance du monument ; peut-être correspondait-elle avec lui.

 

Elle passait pour être hantée par des apparitions nocturnes, et parfois, on voyait un lièvre fantastique gambader autour. Était-ce celui qui venait si malencontreusement semer la discorde, faire pleuvoir les horions parmi les gens de l’assemblée de la bruyère du Corps-Nu ? Probablement.

 

Un trésor est caché sous cette pierre : de belles pièces d’or reluisantes, mais si bien cachées que personne encore n’a pu mettre la main dessus quoiqu’on les ait cherchées, en accomplissant le rite voulu, entre le coup de minuit et le premier chant du coq. Toujours il est arrivé qu’un intempestif cocorico a interrompu l’opération au moment où elle allait heureusement aboutir.

 

Jules LECŒUR (XIXe siècle).

 

*****************************************************

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose