• Accueil
  • > Les rêves et le pain (Conte soufi)

23 janvier, 2012

Les rêves et le pain (Conte soufi)

Classé dans : — unpeudetao @ 15:13

 

     Trois hommes engagés dans un long et épuisant voyage étaient devenus compagnons. Ils avaient mis leurs ressources en commun, partagé joies et peines. Les réserves de nourriture étaient presque épuisées. Un jour, ils constatèrent qu’il ne leur restait en tout et pour tout qu’un bout de pain et une gorgée d’eau. À qui revenaient leurs dernières provisions ? Comme ils ne parvenaient pas à s’entendre, ils essayèrent de diviser le pain et l’eau entre eux, mais le partage s’avéra difficile.
     « Il fera bientôt nuit, dit l’un, allons plutôt dormir ! Au réveil, celui d’entre nous qui aura fait le plus beau rêve décidera ce qu’il convient de faire. »
     Le lendemain matin, les trois voyageurs se levèrent avec le soleil.
     « Voici le rêve que j’ai fait, dit le premier : j’ai été transporté en des lieux si merveilleux, si paisibles, qu’il n’existe pas de mots pour les décrire… J’ai rencontré un sage qui m’a dit : « Le pain et l’eau te reviennent de plein droit, car ta vie passée est exemplaire et digne d’éloge, et tes futures années ne seront pas moins méritoires. »
     – Comme c’est étrange ! dit le deuxième : dans mon rêve, j’ai vu mon passé et mon avenir. Dans le futur j’ai rencontré un homme omniscient qui m’a dit : « C’est toi qui mérites de manger le pain et de boire l’eau : tu es plus savant et plus patient que tes amis. Tu dois survivre, car tu es destiné à devenir meneur d’hommes. »
     – Dans mon rêve, rapporta le troisième voyageur, je n’ai rien vu, rien entendu, rien dit. J’ai senti une force irrésistible qui m’a poussé à me lever, à prendre le pain et l’eau et à les absorber. Et c’est ce que j’ai fait. »

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Une réponse à “Les rêves et le pain (Conte soufi)”

  1. unpeudetao dit :

    Ce conte est attribué à Shah Mohammed Gzvath Shattari (mort en 1563). Il est l’auteur du célèbre traité Les Cinq Joyaux. Il y décrit les voies par lesquelles l’homme peut atteindre des états supérieurs, en utilisant l’ancienne terminologie de la magie et de la sorcellerie. Il était habilité à initier ses élèves à quatorze Ordres derviches. L’empereur indien Humayun le tenait en grande estime.
    Bien qu’il fût considéré par certains comme un saint, les autorités religieuses l’accusèrent d’avoir transgressé dans une partie de ses écrits la Loi sacrée, et réclamèrent l’exécution capitale. Il fut finalement déchargé de l’accusation d’hérésie au motif que des paroles prononcées dans un état de conscience modifié ne peuvent être jugées selon les critères scolastiques ordinaires.
    Le tombeau de Shah Mohammed Gzvath Shattari se trouve à Gwalior. Il est devenu lieu de pèlerinage.
    On retrouve la même trame dans certains contes chrétiens du Moyen-Âge.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose