• Accueil
  • > Les saintes amitiés, Ulric GUTTINGUER

3 octobre, 2015

Les saintes amitiés, Ulric GUTTINGUER

Classé dans : — unpeudetao @ 5:02

À MADAME V. P.

 

J’ai lu dans Bourdaloue un chapitre admirable : Les saintes amitiés. Le prêtre vénérable Les voit avec effroi, les juge avec rigueur, Et sur tous leurs dangers avertit bien le cœur ; Il le dit hautement, quoi qu’en souffre son âme : Craignez pour la vertu l’amitié d’une femme ! Qu’en son intention elle ait la pureté, Qu’elle ait Dieu pour objet, le ciel, la charité, Craignez-la, craignez-la ! la femme est toujours Ève, Et même à son insu. C’est un dangereux rêve, Que cette confiance en des épanchements De sublimes pensers, de tendres sentiments ! Le cœur s’émeut parfois d’une manière étrange, Et le démon y vient sous la forme de l’ange. J’ai beaucoup médité sur ce divin discours, Madame, et j’y reviens plus sombre tous les jours. Triste sort ! triste monde, où tout nous est à craindre Et de tant de rigueur je suis près de me plaindre, De la trouver injuste, inflexible… Et pourtant, Je frémis hier au soir, lorsque, m’interrogeant Au foyer solitaire, à l’heure du silence, Je me trouvai si triste, hélas ! de votre absence, Que je me demandai si nul coupable espoir Ne se mêlait jamais au bonheur de vous voir ; Si des feux mal éteints la cendre réveillée Ne jetait point de flamme en mon âme troublée ; Si dans le bon dessein toujours bien affermi, J’étais bien près de vous comme auprès d’un ami ! Non, répondit alors la voix intérieure, Il faut à ces liens la céleste demeure, Pour que nul ennemi n’y mêle son poison. Toute la nuit j’ai dit : Bourdaloue a raison.

 

Ulric GUTTINGUER (1787-1866).

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose