• Accueil
  • > Les vetements, Khalil GIBRAN

21 novembre, 2014

Les vetements, Khalil GIBRAN

Classé dans : — unpeudetao @ 14:16

Et le tisserand dit, Parlez-nous des Vêtements. Et il répondit : Vos vêtements dissimulent une grande part de votre beauté, mais ne cachent pas ce qui est laid. Et bien que vous cherchez dans les habits la liberté de votre intimité, vous pouvez y trouver un harnais et une chaîne. Puisse votre être rencontrer le soleil et le vent avec plus de votre chair,et moins de vos effets. Car le souffle de la vie est dans la lumière du soleil, et la main de la vie est dans le vent. Certains d’entre vous disent : « C’est le vent du nord qui a tissé les habits que nous portons ». Et je dis, Oui, ce fut le vent du nord, Mais la honte fut son métier, et l’amollissement du corps son fil. Et quand son ouvrage fut terminé, il rit dans la forêt. N’oubliez jamais que la pudeur est un bouclier contre le regard impur. Et que lorsque l’impur ne sera plus, que deviendra la pudeur, si ce n’est une entrave et une souillure de l’esprit ? Et n’oubliez pas que la terre se délecte de sentir vos pieds nus et que les vents n’attendent que de jouer avec votre chevelure.

 

Khalil GIBRAN (1883-1931).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose