• Accueil
  • > L’homme généreux (Conte soufi)

14 mai, 2011

L’homme généreux (Conte soufi)

Classé dans : — unpeudetao @ 17:58

 

     Il était une fois un homme riche et généreux qui vivait à Boukhara. Cet homme occupait un rang élevé dans la hiérarchie invisible : c’est pourquoi on l’appelait le « Seigneur du Monde ». Chaque jour, le seigneur donnait de l’or à une catégorie de gens : les malades, les veuves, les misérables… Il mettait une seule condition à sa libéralité : personne ne devait mendier avec sa langue, ni ouvrir la bouche pour dire quoi que ce soit.
     Tous n’étaient pas capables de garder le silence.
     Ce jour-là, c’était au tour des juristes de recevoir les dons de l’homme généreux de Boukhara. L’un d’eux ne put se dominer : il fit appel à sa générosité dans un long plaidoyer, et ne reçut rien.
     Il revint à la charge le lendemain. C’était le tour des malades. Il attacha des attelles à son tibia, à gauche et à droite, afin qu’on puisse supposer que sa jambe était cassée. Le seigneur le vit, le reconnut et ne lui donna rien. Il essaya encore maintes et maintes fois ; il se déguisa même en femme : chaque fois, le seigneur le reconnut et ne lui fit pas l’aumône.
     Il se rendit finalement chez un marchand de linceuls.
     « Enveloppe-moi dans un suaire, lui dit-il, puis étends-moi au bord de la route. Quand le seigneur passera, peut-être croira-t-il voir un cadavre et jettera-t-il de l’argent pour les funérailles. Je t’en donnerai une partie. »
     Le marchand de linceuls fit ce que le juriste avait dit. Le seigneur vint à passer, et laissa tomber une pièce d’or sur le suaire ; le juriste saisit la pièce de peur que le marchand ne la prenne avant lui.
     « Ce que tu m’as toujours refusé, vois comment je l’ai obtenu ! dit-il au bienfaiteur.

 

     – Tu ne peux rien recevoir de moi, répondit l’homme généreux, tant que tu n’es pas mort. C’est le sens de la formule : « L’homme doit mourir avant de mourir. » Le don vient après la « mort », pas avant. Et même cette « mort » n’est pas possible sans aide. »

 

********************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

2 réponses à “L’homme généreux (Conte soufi)”

  1. unpeudetao dit :

    Bonjour Poêtesse!
    A chacun sa route..
    Quand peut-on dire que nous sommes vraiment détaché ?
    Si quelque chose nous dérange, cela n’est-il pas là pour nous faire comprendre ce que nous n’avons pas encore compris ?
    Nos rencontre sont là pour notre « chance »..

    Apprendre à se connaître pour mieux comprendre autrui..
    Amicalement, Unpeudetao.

  2. poetesse66 dit :

    C’est bien vrai, laisser mourir le vieil homme !

    Peu d’êtres en sont capables !

    Il n’est que de voir combien les êtres humains s’attachent à leur misèrable petite vie ! et la haine et la jalousie dont ils  » gâtent  » celles et ceux qui s’en sont détachés !

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose