• Accueil
  • > L’hymne du paysan, Albert GERVAIS

18 avril, 2016

L’hymne du paysan, Albert GERVAIS

Classé dans : — unpeudetao @ 18:13

Petit-fils du sillon, j’adore ma patrie,

Coin de glèbe taillée au sol édénien.

Des dons de l’Éternel ma campagne est pétrie

Et j’y prie à genoux comme au temple chrétien.

Un grand vent de santé souffle sur ma prairie

Que j’éventre, au concert du barde aérien.

L’œil de mes gars pétille et leur mine est fleurie.

Ils poussent drus et forts, tels l’épi canadien.

Mon blé s’exhume, et l’homme vit de ce miracle.

Souverain de mes champs et de mon habitacle,

Je n’encense que Dieu, Prince de la moisson.

À mon regard quiet l’avenir se déploie,

Car la famine ici ne trouve point de proie :

Et l’espoir et l’orgueil habitent ma maison.

Albert GERVAIS (XXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose