• Accueil
  • > Louanges à la Sainte Vierge, Pierre CORNEILLE

25 juin, 2017

Louanges à la Sainte Vierge, Pierre CORNEILLE

Classé dans : — unpeudetao @ 14:23

Avant que du Seigneur la sagesse profonde

Sur la terre et les cieux daignât se déployer ;

Avant que du néant sa voix tirât le monde,

Qu’à ce même néant sa voix doit renvoyer,

De toute éternité sa prudence adorable

Te destina pour mère à son Verbe ineffable,

À ses anges pour reine, aux hommes pour appui ;

Et sa bonté dès lors élut ton ministère

Pour nous tirer du gouffre où notre premier père

Nous a d’un seul péché plongés tous avec lui.

Ouvre donc, Mère-Vierge, ouvre l’âme à la joie

D’avoir remis en grâce et nous et nos aïeux :

Toi-même, applaudis-toi d’avoir ouvert les cieux,

D’en avoir aplani, d’en avoir fait la voie.

Les hôtes bienheureux de ces brillants palais

T’offrent et t’offriront tous ensemble, à jamais,

Des hymnes d’allégresse et de reconnaissance ;

Et nous que tu défends des ruses de l’enfer,

Nous y joindrons l’effort de l’humaine impuissance,

Pour obtenir comme eux le don d’en triompher.

Telle que s’élevait du milieu des abîmes,

Au point de la naissance, et du monde, et du temps,

Cette source abondante en flots toujours montants

Qui des plus hauts rochers arrosèrent les cimes,

Telle en toi, du milieu de notre impureté,

D’un saint enfantement l’heureuse nouveauté

Élève de la grâce une source féconde ;

Son cours s’enfle avec gloire, et ses flots qu’en tout lieu

Répand la charité dont regorge son onde,

Font en se débordant croître l’amour de Dieu.

Durant ces premiers jours qu’admirait la nature,

La vie avait son arbre ; et ses fruits précieux,

Remplissant tout l’Éden d’un air délicieux,

À nos premiers parents s’offraient pour nourriture.

Ainsi le digne fruit que tes flancs ont porté

Remplit tout l’univers de sainte volupté,

Et s’offre chaque jour pour nourriture aux âmes ;

Il n’est point d’arbre égal, et jamais il n’en fut,

Et jamais ne sera de plantes ni de femmes

Qui portent de tels fruits pour le commun salut.

Un fleuve qui sortait du séjour des délices

Arrosait de plaisirs ce paradis naissant,

Et sur l’homme encore innocent

Roulait avec ses flots l’ignorance des vices

Vierge, ce même fleuve en ton cœur s’épandit,

Quand, pour nous affranchir de ce qui nous perdit,

Ton corps du fils de Dieu fut l’illustre demeure.

La terre au grand auteur en rendit plus de fruit,

La nature en reçut une face meilleure

Et triompha dès lors du vieux péché détruit.

Pierre CORNEILLE (1606-1684).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose