• Accueil
  • > Maintenant, William SAMUEL (Extrait)

4 août, 2013

Maintenant, William SAMUEL (Extrait)

Classé dans : — unpeudetao @ 13:38

AFIN  DE  DÉCOUVRIR  LA  RÉALITÉ  ET  DE  METTRE  AU  JOUR  LA  TRANQUILLITÉ,
NOUS  COMMENÇONS  PAR  LE  MAINTENANT

 

MAINTENANT est l’unique  » temps  » auquel nous soyons jamais confrontés.

 

Lecteur, attarde-toi un moment sur ce point, parce que, ici et maintenant, commence de se révéler un magnifique trait de la Vérité. Ce trait est lié à maintenant ; la primauté de maintenant ; l’entièreté de maintenant ; la nature absolue de maintenant.

 

Quand voyons-nous une fleur ? C’est-à-dire, à quel moment l’acte de voir se produit-il ? Nous disons : je vois la fleur maintenant.

 

Quand voyons-nous l’image d’une fleur dans un livre ? Maintenant. Quand sentons-nous la fragrance d’une rose ? Quand la touchons-nous ? Quand nous réjouissons-nous du spectacle qu’elle offre et du parfum qu’elle dégage ? Quand en avons-nous la connaissance ? Maintenant.

 

Quand entendons-nous une voix ou une mélodie ? Quand percevons-nous quelque événement que ce soit? Maintenant.

 

Écoutez attentivement : Quand avons-nous le souvenir de ce qui nous arrive ? Quand évoquons-nous ce qui s’est passé ? Quand pensons-nous au passé ? Maintenant ; toujours maintenant !

 

Quand songeons-nous à un événement futur ? Quand envisageons-nous et préparons-nous des activités à venir ? Maintenant. Toute expérience, toute activité, tout souvenir, toute prévision, toute réflexion et toute pensée advient inévitablement, immanquablement au sein de maintenant. N’en est-il pas ainsi?

 

Vous voyez donc que pour quiconque prend le temps d’y prêter attention, maintenant est l’unique temps auquel nous ayons jamais affaire. C’est toujours maintenant ! Impossible d’y échapper.

 

Même si tel est bien le cas, qu’est-ce que l’humanité a fait à ce maintenant ? Qu’est-ce que l’homme a fait subir à ce maintenant qui se trouve en tout lieu, qui comprend toute chose et qui est éternel ? Il l’a réduit à la portion la plus congrue d’un gigantesque système temporel. Il l’a glissé en sandwich entre un passé qui s’étend à l’infini dans une direction, et un futur qui croît tout aussi indéfiniment dans l’autre sens. Il l’a relégué à un fil de rasoir des plus étroits sur une échelle mobile entre passé et avenir. N’est-ce pas la vérité ? Pour l’humanité, maintenant cet instant-même de Conscience est si fugace, si éphémère et passager qu’il est impossible à situer sur l’appareil même destiné à le mesurer. Essayez de repérer maintenant sur votre montre, et le voilà instantanément révolu, un souvenir.

 

Ah, mais quand rappelons-nous le souvenir ? Maintenant. Quand voyons-nous la montre ? Maintenant. Quand spéculons-nous sur la nature fugitive du temps humain ? Maintenant. Quand nous éveillons-nous au fait que l’homme ne s’occupe jamais du passé ou de l’avenir que maintenant ? Maintenant ! Quand vivons-nous quoi que ce soit ? Maintenant. Par conséquent, lecteur, quand envisages-tu de découvrir la Réalité ? Quand penses-tu pouvoir connaître une  » guérison  » ou une  » manifestation  » tangible de la Réalité ? Quand t’attends-tu à vivre dans la plénitude et à jouir du bonheur ? Maintenant !

 

 souvenirs du passé ..

 

MAINTENANT

 

.. rêves du futur ..

 

PENSER  AGIT  COMME  UN  VOILE

 

Regardez une fleur. Nous la voyons maintenant. Nous contemplons ses formes maintenant. Nous sommes conscients de la fleur ici même et maintenant, mais supposez que nous pensions à autre chose au moment où nous considérons la fleur, par exemple à cette énorme facture dont l’échéance est dépassée et qui nous tracasse quelque peu. En quoi cela paraît-il affecter notre conscience de la fleur ? Nous n’en sommes pas aussi conscients qu’avant, n’est-ce pas ? C’est à peine si les yeux que nous posons sur elle la voient. Elle donne l’impression de perdre de sa netteté ; nous n’y prêtons plus guère attention alors qu’il s’agit de la même rose. La même beauté, la même forme, la même grâce et exquise délicatesse se présentent toujours à nos yeux afin que nous l’admirions et que nous nous en réjouissions, mais c’est à peine si nous la voyons. Nous nous inquiétons trop de la note à payer. Nous sommes trop occupés à penser.

 

La note n’est pas maintenant. Tout ce qui est maintenant est la conscience de la rose. La rose, dans tout son charme et sa beauté, est maintenant. L’addition n’est qu’un souvenir qui n’appartient pas à cette conscience-maintenant à moins que nous choisissions de l’y glisser à l’intérieur.

 

Nous voyons que penser revient à déposer une pellicule sur notre regard ; comme une brume qui couvrirait toute la face de la terre ; comme un voile ; comme si nous regardions la fleur – et tout le reste – obscurément à travers un miroir teinté.

 

MAINTENANT  EST  TOUJOURS  BIEN !

 

Considérons à nouveau la rose. Elle est ici, au sein de la Conscience qui est consciente maintenant. Le temps de la Conscience est toujours maintenant.
Maintenant même, la Conscience comprend une rose. Observez-la attentivement. Focalisez-vous sur elle à l’exclusion de toute autre chose. Contemplez-la dans l’enthousiasme ! Elle est beauté ici et maintenant ! Lors d’une concentration si intense, pouvons-nous avoir conscience des soucis, de la peur ou du chagrin dans le même maintenant ? Est-ce concevable ? Absolument pas ! Le  » retour  » à  » maintenant  » signifie le retrait automatique du non-maintenant, du passé et de l’avenir.

 

Lecteur, ce maintenant, ici et maintenant, est un principe fondamental d’Être, de Dieu, de Réalité. Inutile de s’inquiéter plus que de raison d’un passé ou d’un avenir quand le transcendant MAINTENANT existe afin que nous en jouissions et que nous le soyons.

 

 » MAIS  SI . . . ? « 

 

Ceux qui entendent parler pour la première fois de la nature transcendante de maintenant et se mettent à y réfléchir ne manquent jamais d’inventer des situations hypothétiques et de nous les présenter le plus sérieusement du monde afin de voir comment  » cette nouvelle façon d’envisager les choses  » les prendra en compte.  » Mais qu’adviendra-t-il si ceci ?  » demandent-ils en imaginant un événement qu’ils jugent épouvantable.  » Supposez que vous vous trouviez confronté à tel ou tel événement chaotique ; que feriez-vous dans ce cas-là ?  » nous lancent-ils pour voir comment nous allons justifier une situation ou trouver une explication à un problème qui – pour commencer – n’appartient même pas à ce maintenant, sinon sous la forme d’un rêve tout à fait inoffensif !

 

Une trop forte propension à se préoccuper de ce qui n’est pas maintenant participe de la farce grotesque qui nous conduit si souvent à passer à côté de la beauté, de la merveille et de la perfection du moment. Jésus exhortait ceux qui L’interrogeaient là-dessus à  » se fixer, toute leur vie, sur le Un vivant [la conscience-maintenant] …  » Il leur affirmait que se préoccuper du non-maintenant revenait à s’intéresser à un cadavre.

 

Lecteur, avant de trouver la Tranquillité, je dois avouer honnêtement que je n’avais qu’une idée en tête : l’unique présent de la conscience-maintenant.
Il fallait que je m’aperçoive que toute spéculation sur un non-maintenant représente un gâchis stupide qui tend à cacher la beauté de l’instant. Apparemment, c’est cette histoire de rêves, de conjectures et d’inquiétudes qui présente un maintenant embrouillé et qu’il convient de revoir. S’en tenir au maintenant, c’est en vivre la perfection, sans nul besoin de rectifier quoi que ce soit – et ne s’y trouve rien qu’on puisse redouter !

 

Quand on m’envoie à la figure toutes ces situations hypothétiques, je pose forcément la question suivante : en est-il seulement une qui ait bien lieu dans cet ici-et-maintenant ? À ceux qui persistent à se démener avec le non-maintenant, je répète ce qui a déjà été dit :  » Vous avez congédié l’Unique-Maintenant vivant qui est devant vous pour parler d’un cadavre.  » [Thomas, Log. 52]

 

William SAMUEL (XXe siècle).

 

*****************************************************

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose