• Accueil
  • > Méditationnette, Tancrède de VIRIEU

11 août, 2017

Méditationnette, Tancrède de VIRIEU

Classé dans : — unpeudetao @ 17:30

Petits oiseaux des cieux, quand j’ouvre ma fenêtre,

Alors que l’astre roi commence de paraître

Et que les saphirs bleus fondent à l’horizon ;

Pourquoi ces chants joyeux sortis du vert gazon,

Comme mille parfums qui montent de la terre ?

Dites-moi : chantez-vous les couplets de l’amour,

Ou bien saluez-vous de votre voix légère

Le plaisir de la vie ou le bonheur d’un jour ?

Petits oiseaux des cieux, quand la nuit dans ses voiles

A drapé la campagne et piqué des étoiles

Au fond du toit d’azur ; dehors je viens rêver

Et chercher un repos que je ne puis trouver :

Alors pourquoi ne plus troubler le calme immense

Qui pèse sur les monts et qui plane en tout lieu ?

Dites-moi : dans vos nids priez-vous en silence

Et chantez-vous tout bas un hymne au Seigneur Dieu ?

Petits oiseaux des cieux, oui vous chantez l’aurore

Et la vie et l’amour et le soleil qui dore

De ses rayons pourprés les épis des guérets ;

Et le soir vous priez cachés dans les bosquets :

Comme si vous aviez des tendresses secrètes

Pour les larmes du cœur que lien ne peut calmer.

Car Dieu vous a créés semblables aux poètes

Et vous fit pour prier, pour chanter, pour aimer.

Tancrède de VIRIEU (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose