• Accueil
  • > Mignardise, Germaine de LASSUS

11 décembre, 2016

Mignardise, Germaine de LASSUS

Classé dans : — unpeudetao @ 17:05

Un peu de blond, un peu de bleu, beaucoup de rose,

Tout de la rose, un rien de l’astre, un coin du ciel,

La grâce, la fraîcheur et l’artificiel,

Une fleur, un amour, dans une apothéose.

Un trait d’âme que Gluck eût noté dans sa glose,

Un bout d’aile d’azur touché par Gabriel,

Le pinceau de Mignard prévu par Raphaël,

Le coloris du peintre et l’art du virtuose.

L’or y déroule à peine un reflet chatoyant,

Le contour, festonné d’un attrait sémillant,

En accuse pourtant la fine ciselure…

L’art est grand, mais l’amour est le plus grand aveu,

Et rien ne peut sertir cette miniature

Que le cœur d’une mère avec le doigt de Dieu.

Germaine de LASSUS (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose