15 juillet, 2014

Néant, Alphonse MEX

Classé dans : — unpeudetao @ 5:57

Néant, que serais-tu sinon l’inconnaissable, L’un de ces deux aspects du mystère insondable Qui nous fut révélé par l’Esprit ! Et pourtant Tu restes synonyme de l’inexistant. Tout est sorti de toi, toute chose y retourne Et rien ne se perdra dans le vide où séjourne Le mortel délivré du fardeau de la chair, Ce fardeau qui lui vaut le ciel ou bien l’enfer ! Avant de naître et de vibrer dans la nature Selon la loi d’instinct propre à la créature, L’âme était en puissance en ton rêve absolu Et tu la reprendras, un jour, pour son salut.

 

Néant, que serais-tu sinon l’ombre passive Où le germe, dormant, attend la forme active Qu’à l’heure du destin lui donnera son Dieu, Le sommeil de la tombe ou le pardon des cieux, Un cycle qui finit, un autre qui commence.. Non, certes, tu n’es point un éternel silence ; Si ton empire inclut le Styx et l’Achéron, Le Tout-Puissant régit l’atome et l’électron. Empire ténébreux de mort et d’épouvante, Il faut, pour t’aborder, que l’âme se repente ; Ton domaine est de ceux que l’on n’explore pas Avec nos errements et nos yeux d’ici-bas !

 

Néant, ne serais-tu qu’un vain mot, qu’une image, Qu’un abîme sans fond, de la vie un barrage, Une porte fermée au seuil de l’Au-delà ? Non, certes, tu ne peux signifier cela ! Et puisque tu n’es rien sinon que rhétorique, Je me détournerai de ton masque tragique ; Je lèverai les yeux, j’affermirai mon cœur, J’écouterai la voix du silence vainqueur M’apporter un écho de cette foi solide Que j’avais au temps de ma jeunesse candide Et je repousserai les pensers décevants Car l’Éternel, mon Dieu, c’est le Dieu des vivants.

 

Alphonse MEX (XXe siècle), poète suisse.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose