28 avril, 2014

Noël, Louis GALLET

Classé dans : — unpeudetao @ 10:40

Vieux mendiants qui passez Dans les sentiers blancs de neige, Et que la douleur assiège, Secouez vos pieds glacés Et pressez-vous en cortège. Petits enfants orphelins, À la tête rose et blonde, Sans souci du vent qui gronde, Qui gronde par les chemins, Venez, doux anges du monde. Vous qui pleurez bien des fois, Vous qui souffrez sur la terre, Doux martyrs de la misère! Venez, – le cœur et la voix Pleins de chants et de prière. – Sous un toit abandonné, Dans une pauvre demeure Où la bise souffle et pleure, Le petit Jésus est né; Du salut a sonné l’heure. Approchez. – Ne craignez pas Une majesté divine ; Dans une étable en ruine L’enfant-dieu vous tend les bras, À vous, dont le front s’incline. Il trouve mieux devant lui, À genoux près de sa crèche, Un enfant à la voix fraîche, Un pauvre au front sans ennui, Qu’un puissant à l’âme sèche. Les pauvres sont ses enfants, Il les accueille et les aime, Car ils sont d’autres lui-même ; Pour eux il a des présents Qu’en leur âme sa main sème. En silence, adorez tous Cet enfant presque sans langes, Et pour qui les chœurs des anges Gardent les chants les plus doux De leurs célestes phalanges.

 

Louis GALLET (1835-1898).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose