19 décembre, 2012

Noël, René-Guy CADOU

Classé dans : — unpeudetao @ 4:57

En évitant les grand-routes
Et les agglomérations
On se moque des gendarmes
Des menées de la nation
Et l’on injurie Hérode
Le vénal le malappris
Qui confond c’est bien commode
Les parias et les brebis

 

Mais on marche dans la neige
Et soudain l’on aperçoit
Un brin de fumée qui trempe
Dans le vase bleu d’un toit

 

On pourrait qu’en dis-tu femme
S’arrêter là cette nuit
Une fois n’est pas coutume
De dormir dans un bon lit
L’âne rit l’âne respecte
La parole du patron
Cependant Marie inspecte
D’un coup d’œil les environs
Les voici devant l’auberge
L’aubergiste a beaucoup bu
Il sent le rhum et l’absinthe
L’estomac les oignons crus
Quand ils furent dans l’étable
Que Joseph eut bien pleuré
À la plus grosse des poutres
Une étoile s’alluma
Et le ciel comme une terre
Qui longtemps a manqué d’eau
Aspira jusqu’à son centre
L’enfant-roi dans son maillot.

 

René-Guy CADOU (1920-1951).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose