• Accueil
  • > Notre-Dame des Martyrs, Théodore Boudet (Conte portugais)

10 novembre, 2013

Notre-Dame des Martyrs, Théodore Boudet (Conte portugais)

Classé dans : — unpeudetao @ 15:03

Ô pure Vierge des Martyrs, belle Vierge sainte Marie, étoile brillante du ciel, lumière éclatante du jour, tous vos miracles compter, qui le pourrait faire jamais. Le plus merveilleux entre tous, s’est accompli dans cette ville que l’on nomme Castro-Marim, et ce miracle fut si grand qu’en Portugal et en Castille, et même jusqu’en Barbarie il cause, à qui l’entend conter, admiration et stupeur.

 

Il était un chrétien qui menait une triste vie, dans le plus pénible esclavage. Là-bas, sur la rive d’Alger, plus cruelle captivité, nul chrétien jamais n’endura. Le chien de More qui l’avait acheté à Almeria, nourrissait toujours cette peur que le chrétien ne s’échappât. Et, sans cesse, ce chien maudit, qui vivait dans l’inquiétude, d’une façon impitoyable molestait le pauvre captif. Il ne savait qu’imaginer pour le garder plus sûrement. Il avait commandé qu’on fit un coffre excessivement solide, et dans le coffre sans retard il mit le malheureux chrétien. Il n’était pas encore content de ce qu’il avait fait ainsi, et toujours son méchant esprit était troublé de mille craintes, mais l’idée d’un autre tourment vint bientôt réjouir son âme. Il lia d’une grosse chaîne les pieds et les mains de l’esclave, et outre cela, sur le coffre ce chien d’infidèle dormait. Le chrétien avait seulement de l’eau trouble avec du pain noir, mais une invincible espérance qu’il mettait dans la sainte Vierge faisait poindre une vie nouvelle sur celle qu’il passait ainsi, et nuit et jour il invoquait la bonne Vierge souveraine pour que son âme eût vigueur et pour qu’elle le délivrât de si dure captivité. La sainte Vierge des Martyrs entendant toute sa prière, pour cette âme dans la douleur ne resta pas impitoyable. Le coffre qui était sur terre, tout à coup fut entouré d’eau ; emportant le chien d’infidèle qui sur le couvercle dormait, sur la surface des eaux trois jours durant il navigua. Déjà paraissait le matin, le matin d’une belle journée. De nouvelles plages se montrent, d’autres cieux, quelle allégresse ! D’une tour, le coq par trois fois a le grand miracle annoncé, les cloches des clochers sonnèrent sans que personne les touchât, car tout le monde dormait encore. Les aboiements de plusieurs chiens retentirent jusqu’à la mer. Quand le More entendit les cloches il fut désolé de se voir, de se voir avec son esclave, dans une contrée étrangère, dans un pays inconnu.

 

Échouant sur un sable fin, le coffre s’ouvrit de lui-même, avec un visage bouleversé, le More dit à son esclave : – Chrétien, quel est ce pays-ci qui paraît être un grand royaume ? Est-ce que dans ton pays, chrétien, les coqs chantent, les cloches sonnent, les chiens aboient avant le jour ?

 

– Je sais que ce pays est mien, quand je ne le reconnaîtrais pas. Dans cette contrée-ci, seigneur, les coqs chantent, les chiens aboient à l’envi, avant que paraisse le jour.

 

Le Sarrazin épouvanté de ce qu’il apprenait de l’esclave, sans lui demander rien de plus, de sa chaîne le délivra : – Lève-toi, et pardonne-moi, chrétien, le mal que je t’ai fait. Jusqu’ici tu fus mon esclave et maintenant je suis le tien.

 

Tout le peuple était accouru afin de voir un tel miracle. Avec leurs pourpoints incarnats les gens de justice étaient là. En foule, d’un saint ermitage tous ils ont pris le chemin. Le More avec une foi vive demande alors qu’on le baptise. Et voilà qu’au pied de la Vierge jaillit une source si pure, si cristalline, qu’elle causait à tous admiration. Avec cette eau bénite, cette eau de si grande vertu, fut incontinent baptisé le More de Barbarie, le fils d’Agar. Au-dessous de la fraîche fontaine et de l’eau qu’elle répandait, il se forma un beau lac, et pour combler tant de prodiges, au bout de sept jours, un vert frêne s’élançait du milieu des eaux. Il était merveilleux de voir comme il croissait rapidement. Et depuis ce temps à la Vierge on fit là un pèlerinage, et tout le monde s’y rendait, de Portugal et de Castille.

 

Théodore Boudet, comte de PUYMAIGRE (1816-1901).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose