• Accueil
  • > On frappe.. on frappe.. Paul CLAUDEL

8 juin, 2013

On frappe.. on frappe.. Paul CLAUDEL

Classé dans : — unpeudetao @ 15:46

Nous sommes comme un mauvais locataire qu’on garde par charité dans une maison qui ne lui appartient pas, qu’il n’a ni bâtie ni payée, et qui se barricade et qui, même pour un moment, ne veut pas accueillir le maître légitime. Enfin, nous sommes tout seuls par une nuit de tempête dans notre maison solitaire et désolée, et tout à coup l’on frappe !

 

Ce n’est point la porte ordinaire, c’est à une vieille porte qu’on croyait condamnée pour toujours; mais il n’y a pas à s’y tromper, on frappe, on a frappé ! On a frappé en nous et cela nous a fait mal, comme l’enfant qui bouge dans une femme pour la première fois.

 

Qui a frappé ? Il n’y a pas à s’y tromper, c’est celui qui vient comme un voleur au milieu de la nuit, celui dont il est écrit : voici que l’époux vient, sortez à sa rencontre ! Et nous écoutons, palpitants. Peut-être ne frappera-t-on qu’une fois. Peut-être se battra-t-il contre la porte toute la nuit, comme parfois jusqu’au matin nous entendons ce volet exaspérant qui ne cesse d’arloquer et de battre.

 

Mais c’est un tel ennui de se lever et de déclore cette vieille porte ! Elle est assujettie de deux verrous, qui ne font qu’un de ce qui est mobile et de ce qui est inerte : l’un s’appelle mauvaise habitude et l’autre mauvaise volonté. Quant à la serrure, c’est notre secret personnel. La clé est perdue.
Il faudrait de l’huile pour la faire marcher.

 

Et ensuite, qu’est-ce qui arriverait si on ouvrait la porte ? La nuit, le grand vent primitif qui souffle sur les eaux, quelqu’un qu’on ne voit pas mais qui ne nous permettrait plus d’être confortablement chez nous. Esprit de Dieu, n’entrez pas, je crains les courants d’air !

 

Paul CLAUDEL (1868-1955).

 

*****************************************************

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose