• Accueil
  • > Otez le néant, et toutes les créatures sont une, Maître Eckhart

22 avril, 2012

Otez le néant, et toutes les créatures sont une, Maître Eckhart

Classé dans : — unpeudetao @ 16:00

 

     La première oeuvre que Dieu opère dans l’âme, c’est d’engendrer son Fils dans l’âme, et à partir de cette oeuvre les autres dons, comme grâce et vertus, fluent dans l’âme. Ce que Dieu peut opérer dans l’âme, c’est enfanter son Fils dans l’âme, et il faut nécessairement qu’il en soit ainsi. C’est le propre de Dieu de ne pouvoir s’empêcher de s’enfanter en moi comme en vous tous. Je dis aussi que Dieu m’enfante moi son Fils, et cela je le dis aussi de vous tous. Que nous soyons tous enfantés de Dieu en tant que son Fils, cela n’a rien d’étonnant, on peut le reconnaître auprès des créatures. Prêtez attention. Je dis : cet homme-ci n’est pas celui-là, je ne suis pas ce que vous êtes et vous n’êtes pas ce que je suis. Mais ôtez le néant, et nous sommes tous un ; ôtez le néant de toutes les créatures, et toutes les créatures sont une, ce qui demeure est un. Qu’est-ce que l’Un ? C’est le Fils que le Père enfante. Or si nous devons être ce même Fils que le Père enfante, il nous faut ôter le néant de toutes les créatures. Le néant que sont toutes les créatures, cela afflige l’homme, parce qu’il n’est pas ce même Fils que le Père enfante. Dieu nous ordonne de laisser le néant pour que nous puissions être ce même Fils que le Père enfante. C’est ainsi que l’homme doit être un et qu’il doit s’aliéner de toutes images et formes avant de parvenir à être ce même Fils que le Père enfante. Et l’homme doit laisser tous les êtres et pas seulement l’être étranger, je dis plus : il doit aussi quitter son propre être, car le Fils dDieu et le Fils de l’homme ne sont pas deux fils, mais c’est un Fils et un être. C’est pouquoi l’homme doit (non seulement) s’aliéner de tous les êtres étrangers, mais surtout de son propre être et il doit se tenir seul dans l’être nu du Fils dans la Déité. J’ai dit : si l’homme doit être ce même Fils que le Père enfante, l’homme doit laisser tout son être propre. Bien des gens ont beaucoup d’être étranger : comment pourraient-ils alors laisser leur être propre ? L’homme doit toujours laisser son être propre s’il doit être ce même Filsque le Père enfante. Paul dit à ce sujet : « Nous devons être transformés en son Fils ». Il faut le comprendre ainsi : que seul le Fils est aimé du Père, et c’est pourquoi tout ce qu’aime le Père, il doit l’aimer dans ce Fils et c’est pourquoi, autant nous devenons ce même Fils que le Père enfante, autant nous sommes transformés en son Fils d’amour, et ainsi nous sommes le Fils lui-même. Soyez assurés qu’il doit nécessairement en être ainsi : Dieu doit l’aimer en nous et en toutes les créatures comme en son Fils unique. Et cela arrive quand nous laissons le néant et nous nous aliénons du néant. L’homme doit abandonner toutes choses en sorte qu’il ne garde rien que l’être un du Fils. Cela paraît grand mais ça ne l’est pas. Dieu exige de nous quelque chose de léger, Dieu nous ordonne de laisser le néant. Celui qui se tient sans pourquoi, celui-là a laissé le néant, et en faisant cela nous avons le monde entier et toute la richesse. Toutes choses sont acquises à l’homme bon, soyez-en sûrs. Si je suis meilleur que vous, tout le bien que vous faites et que vous avez est plus mien que vôtre, parce que tout ce que vous gardez, vous le gardez dans le néant. Mais si j’ai laissé le néant, alors je suis ce même Fils que le Père enfante, et ainsi toutes choses sont miennes dans l’être de Dieu.

 

Maître Eckhart (1260-1327).

 

*****************************************************

 

 

Une réponse à “Otez le néant, et toutes les créatures sont une, Maître Eckhart”

  1. unpeudetao dit :

    En 1326, Deux dominicains dénoncent certaines de ses propositions à l’inquisition. Contre son gré par contrainte de suivre la procédure engagée, la hiérarchie de l’ordre dominicain est tenue de donner suite juridique à cette dénonciation.
    La date exacte et le lieu du décès d’Eckhart sont inconnus. Ayant répondu à ses détracteurs à Cologne en 1327, il est actuellement supposé que, durant 1328, il a entrepris de se rendre en Avignon depuis Cologne pour affronter son accusation devant le Pape. Nulle archive n’existe concernant ni ce départ, ni ce voyage, ni cette arrivée, ni aucun autre fait postérieur. Documents du procès d’Avignon, quand même, conservés à la Bibliothèque Vaticane suggèrent, mais pas explicitement, qu’ Echkart a été présent à la présentation devant Jean XXII. Finalement, la bulle In agro dominico assume qu’il est décedé. C’est le seul document pour le fait qu’il est mort avant le 27 mars, 1329, date de la bulle.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose