31 mars, 2017

Albert BÉJOT : Rimes d’un malade

Classé dans : Poême — unpeudetao @ 4:51

Dieu, me voyant un jour, du haut de son ciel bleu,

Traîner dans Paris ma misérable existence,

S’est dit : – Ce malheureux enfant mourrait sous peu,

Si je ne lui prêtais tout de suite assistance.

C’est un contemplatif qu’au sein d’une cité

J’ai créé, je ne sais par quelle inadvertance.

Il a besoin de grand air et de liberté ;

De la vie il connaît la seule parodie,

Je veux la lui montrer sous un meilleur côté.

– Ce disant, Dieu me fit don de ma maladie.

Albert BÉJOT (XIXe siècle).

*****************************************************

 

1234

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose