• Accueil
  • > Paraphrase du psaume 129, Jules VERNE

17 septembre, 2012

Paraphrase du psaume 129, Jules VERNE

Classé dans : — unpeudetao @ 3:02

Oh ! mon Dieu, c’est vers vous du profond de l’abyme
Que je m’écrie, et que je pleure !
Écoutez ; c’est la voix de la triste victime,
Vous, le Seigneur des Seigneurs !

 

Rendez-moi, s’il vous plaît, votre oreille attentive,
Entendez-moi dans tous les lieux,
La prière jamais ne fut intempestive
En montant au Seigneur des Cieux.

 

Ah ! si vous mesurez votre sainte justice
À la grandeur de nos péchés,
Qui peut briser ses liens ? Si vous n’êtes propice
Par qui seront-ils détachés ?

 

Qui pourrait subsister devant, votre présence ?
Seigneur ! Seigneur ! écoutez-moi !
Si j’ai dans vos bontés placé mon espérance,
C’est à cause de votre loi.

 

Avec bien grands désirs je l’attends ; je confie
En vos paroles tout mon coeur ;
Vos promesses, mon Dieu, nous rendront à la vie !
Ô mon âme, attends le Seigneur !

 

Et que, depuis le soir jusqu’au Jour qui commence,
Israël inclinant ses pleurs
Lève ses tristes mains, porte son espérance
Vers Dieu qui calme les douleurs ;

 

Car le Seigneur est grand, et sa miséricorde.
Descendra pour nous racheter,
Et la grâce abondante qu’à nos coeurs il accorde,
Vers le ciel viendra nous hâter ;

 

Il soulage Israël de la profonde peine
Qui lui faisait verser ses pleurs.
Israël chantera, délivré de sa chaîne,
Un hymne au Seigneur des Seigneurs.

 

Jules VERNE (1828-1905).

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose