28 mai, 2017

Pauper, Émile BENOÎT

Classé dans : — unpeudetao @ 18:15

Dans les plis de sa souquenille,

Il porte l’opprobre infini,

Pour les repus, il est chenille,

Larve, serpent, fantôme honni.

Avril en vain sous la charmille

Met la chanson, l’aube, le nid,

Jamais le grand rayon qui brille

N’atteint le cœur de ce banni.

Mais, parfois, las de son calvaire,

Sinistre, il pousse un cri de guerre

Et seul, sans pain, sans feu ni lieu,

Il domine la foule sombre,

Et dans le ciel projette l’ombre

De la justice du bon Dieu.

Émile BENOÎT (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose