• Accueil
  • > Pauvre à plus pauvre, François COPPÉE (Conte)

14 décembre, 2012

Pauvre à plus pauvre, François COPPÉE (Conte)

Classé dans : — unpeudetao @ 3:43

En ce temps-là, Jésus, seul avec Pierre, errait
Sur la rive du lac, près de Génésareth,
À l’heure où le brûlant soleil de midi plane,
Quand ils virent, devant une pauvre cabane,
La veuve d’un pêcheur, en longs voiles de deuil,
Qui s’était tristement assise sur le seuil,
Retenant dans ses yeux la larme qui les mouille,
Pour bercer son enfant et filer sa quenouille.

 

Non loin d’elle, cachés par des figuiers touffus,
Le Maître et son ami voyaient, sans être vus.

 

Soudain, un de ces vieux dont le tombeau s’apprête,
Un mendiant, portant un vase sur sa tête,
Vint à passer et dit à celle qui filait :
« Femme, je dois porter ce vase plein de lait
Chez un homme logé dans le prochain village,
Mais tu le vois, je suis faible et brisé par l’âge.
Les maisons sont encore à plus de mille pas,
Et je sens bien que, seul je n’accomplirai pas
Ce travail, que l’on doit me payer une obole. »

 

La femme se leva sans dire une parole,
Laissa, sans hésiter, sa quenouille de lin,
Et le berceau d’osier où pleurait l’orphelin,
Prit le vase, et s’en fut avec le misérable

 

Et Pierre dit : « Il faut se montrer secourable,
Maître ! mais cette femme a bien peu de raison
D’abandonner ainsi son fils et sa maison,
Pour le premier venu qui s’en va sur la route,
À ce vieux mendiant ; non loin d’ici sans doute,
Quelque passant eût pris son vase et l’eût porté. »

 

Mais Jésus répondit à Pierre : « En vérité,
Quand un pauvre a pitié d’un plus pauvre, mon Père,
Veille sur sa demeure et veut qu’elle prospère ;
Cette femme a bien fait de partir sans surseoir. »

 

Quand il eut dit ces mots, le Seigneur vint s’asseoir
Sur le vieux banc de bois, devant la pauvre hutte,
De ses divines mains, pendant une minute,
Il fila la quenouille et berça le petit ;
Puis se levant, il fit signe à Pierre, et partit.

 

Et, quand elle revint à son logis, la veuve,
À qui de sa bonté Dieu donnait cette preuve,
Trouva, sans deviner jamais par quel ami
Sa quenouille filée et son fils endormi.

 

François COPPÉE (1842-1908).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose