15 septembre, 2012

Pêle-mêle (4), haïkus

Classé dans : — unpeudetao @ 19:24

Partout des meurtres,
et pourtant l’eau
coule dans la nuit

 

Ozaki Hôsai (1885-1926).
*****

 

Au plus charnu de mes fesses
les traces
de la natte si fraîche

 

Issa (Kobayashi Issa), 1763-1827.
*****

 

Dans l’oeil qui regarde
mille ans
de brise fraîche !

 

Shiki (Masaoka Shiki), 1867 1902 (père fondateur du haiku moderne).
*****

 

Profond
plus profond encore
dans les montagnes bleues

 

Taneda Santôka (1882-1940).
*****

 

La rosée se dissipe,
aujourd’hui encore
je sèmerai des graines d’enfer !

 

Kobayashi Issa (1763-1827).
*****

 

Les cigales vont mourir
mais leur cri
n’en dit rien

 

Bashô (Matsuo Bashô), 1644 1694 (son ermitage possédant un bananier, bashô, c’est sous ce pseudonyme qu’il devint célèbre).
*****

 

Sur la feuille de lotus
tourne
la rosée du monde

 

Kobayashi Issa (1763-1827).
*****

 

Dans chaque perle de rosée
tremble
mon pays natal

 

Kobayashi Issa (1763-1827).
*****

 

Après mes larmes,
la plénitude
de mon souffle blanc

 

Hashimoto Takako (1899-1963).
*****

 

Nulle trace dans le courant,
où j’ai nagé
avec une femme

 

Yamaguchi Seishi (1901-1994).
*****************************************************
 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose