• Accueil
  • > Pendant la tempête, Émile DESCHAMPS

19 septembre, 2016

Pendant la tempête, Émile DESCHAMPS

Classé dans : — unpeudetao @ 18:46

I.

Vierge, fleur de mystère,

Étoile des marins,

Qui d’un regard fais taire

L’orage et les chagrins

Et leurs peines amères ;

Espoir des pauvres mères,

Dans son berceau flottant

Protège mon enfant.

L’aquilon souffle et gronde

Et sur sa tête blonde

Se déchaîne en courroux ;

La vague au sombre râle

Vient le saisir tout pâle

Jusqu’en mes bras jaloux !

Sainte et douce patronne,

Viens du haut de ton trône,

Dans son berceau flottant

Protéger mon enfant !

II.

Mère auguste et suprême,

Sur la terre, jadis,

Bien qu’il fût Dieu lui-même

Tu tremblas pour ton Fils ;

Tu vois ma peine amère !

Prends pitié d’une mère !

Dans son berceau flottant

Protège mon enfant !

La foudre éclate et tombe,

Il vogue dans sa tombe,

Tous les flots sont en feu…

Mais quoi ! l’orage expire ;

J’ai vu mon fils sourire

Et le ciel devient bleu !…

Merci, douce patronne,

Qui du haut de ton trône,

Dans son berceau flottant

As sauvé mon enfant !

Émile DESCHAMPS (1791-1871).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose