17 octobre, 2014

V DONOSO CORTÈS (Pensées)

Classé dans : — unpeudetao @ 19:08

Le dogme philosophique de la perfectibilité indéfinie est si loin d’être vrai, que la société est obligée de reculer avant d’arriver aux dernières limites de la civilisation, pour ne pas tomber dans la barbarie. Fruit de la civilisation, la discussion, poussée par les journaux jusqu’à ses dernières limites, tue les livres et jette l’entendement en un doute plus redoutable que l’ignorance, L’Europe n’a qu’à continuer à écrire pour arriver à l’état caractéristique de la barbarie, c’est-à-dire à cet état où l’accumulation des livres et des documents rend moins facile d’apprendre la vérité que de la découvrir. Le péché d’Adam seul égale le nôtre, parce que le nôtre, comme le sien, est le péché de tous.

 

VI DONOSO CORTÈS (Pensées) http://unpeudetao.unblog.fr/pensees-diverses-donoso-cortes/vi-donoso-cortes-pensees/

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose