• Accueil
  • > Pessimisme d’une heure, Paul VALÉRY

19 avril, 2013

Pessimisme d’une heure, Paul VALÉRY

Classé dans : — unpeudetao @ 5:18

Il est une douleur sans nom, sans but, sans cause
Qui vient je ne sais d’où, je ne sais trop pourquoi,
Aux heures sans travail, sans désir et sans foi
Où le dégoût amer enfielle toute chose.

 

Rien ne nous fait penser, rien ne nous intéresse,
On a l’esprit fixé sur un maudit point noir.
Tout est sombre : dedans, dehors, le jour, le soir,
C’est un effondrement dans un puits de tristesse.

 

C’est surtout vers la nuit, quand s’allume la lampe.
Cet ennui fond sur nous, aussi prompt qu’un vautour.
Le découragement nous guette au coin du jour,
Quand s’élève du sol l’obscurité qui rampe.

 

Ce n’est pas celui-là qui mène à la rivière
C’est un mauvais moment à passer, voilà tout.
Il nous fait ressortir la joie, ce dégoût
Comme l’obscurité fait aimer la lumière.

 

Paul VALÉRY (1871-1945).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose