• Accueil
  • > Pitié de la dame, Charles-Florentin LORIOT

28 décembre, 2015

Pitié de la dame, Charles-Florentin LORIOT

Classé dans : — unpeudetao @ 11:09

Sui les bois d’où jaillit la bête effarouchée,

Sur les bois que le cor funèbre emplit d’émoi,

La dame en sa pitié sereine s’est penchée :

« Ouvrez au cerf, dit-elle, et qu’il entre chez moi !

Qu’il boive au bassin clair où de son bruit débile

Une eau tinte au milieu de la cour en repos,

Sous l’ombre des grands toits, au milieu des murs clos,

Que lambrisse un grand lierre à la feuille immobile. »

Saint Hubert, quand parut le crucifix de feu,

Aux bêtes étendit la clémence de Dieu

Qui, pour les protéger, s’assimile aux victimes.

Et le cerf, dont les pleurs argentèrent les yeux,

Se coucha sur le seuil, et les chiens furieux

Ne mordirent qu’en rêve aux dépouilles opimes.

 

Charles-Florentin LORIOT (1849-1905).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose