22 juillet, 2009

01 Que veut dire souffrir

Classé dans : — unpeudetao @ 6:37

 
Quand je dis que je souffre, qu’est-ce que cela signifie? Je peux vouloir dire une foule de choses : je désire ce que je n’ai pas, je suis en manque, mes
besoins sont insatisfaits, j’attends quelqu’un ou quelque chose, j’endure en me plaignant et en espérant que ça va s’arrêter, je n’aime pas ce qui se passe,
je suis éprouvé par la maladie, le divorce, la faillite, la mortalité, l’inondation, l’incendie, la perte de mon emploi, j’espère un changement, je m’ennuie,
j’aime quelqu’un qui ne m’aime pas, je m’inquiète, je m’angoisse, j’ai peur, je suis jaloux, je suis en colère, je déteste, j’en veux à celui-ci ou à ceux-là,
j’éprouve du ressentiment et j’anticipe la vengeance, je ne peux pardonner, etc. Pour démêler cet écheveau très complexe, commençons par quelque chose
de très simple. Distinguons tout d’abord la douleur de la souffrance.

 
Dans mon vocabulaire, la douleur est la réaction corporelle à un fait physique. (Exemple: la naissance d’un enfant pour le corps de la mère, même si aujourd’hui
la douleur et la parturition ne sont plus aussi liées.) Alors que la souffrance, selon moi, c’est la réaction psychologique à un événement, une chose ou
une personne. (Exemple: l’attitude de la mère qui, ayant enfanté, verrait son bébé mourir à l’instant.)

 
Un fait, dit Larousse, c’est ce qui existe réellement, véritablement. Exemples: la table devant moi, le corps, l’arbre, la ville, le chien qui passe, le
bébé qui pleure, la guerre en Afrique, le concert de Mozart, la bombe à Paris, la maladie du sidéen, la rose épanouie dans le jardin, la faillite du voisin,
le décès d’une personne, etc. En revanche, ce qui est imaginé (un drame possible) n’est pas un fait, bien que l’acte lui-même d’imaginer le soit: tu imagines
réellement quelque chose, mais ce que tu imagines n’est pas réel. Il en sera ainsi de toutes les fantaisies sexuelles et amoureuses, de rêves, des fuites
dans le possible, des inventions romanesques, de l’espace virtuel (qui est un fait technologique mais dont le contenu ne renvoie à aucune réalité), ainsi
que des interprétations qui ne sont pas vérifiées concrètement. Par conséquent, même la mère qui, en enfantant, connaîtrait de la douleur pourrait transformer
cette dernière en souffrance si, au lieu de s’en tenir au fait physique, elle se mettait à inventer des drames, à s’inquiéter, à imaginer le pire, etc.

 
Dans ce que j’appelle “souffrance”, cela commence au contraire de l’intérieur, avec l’intervention du mental et de l’émotivité; ce n’est pas dû tout d’abord,
ou uniquement, à une perception sensorielle telle qu’une brûlure ou un coup. Cela provient d’une réaction émotive de la personne. C’est ce qui me fait
dire que la souffrance est une réaction psychologique (la pensée) et non physique ou biologique (la sensation), à une chose, une personne ou un événement
(qui pourra être aussi bien intérieur qu’extérieur).

 
Une réaction psychologique serait donc une attitude intérieure (s’exprimant possiblement à l’extérieur par la parole ou le geste) qui répond à un événement,
à une personne, à une action ou à une expérience personnelle intérieure. Exemples: je suis triste en réaction au mauvais temps ou à une mortalité (événement),
furieux devant la voisine qui insulte ma femme ou passionnément amoureux ou même jaloux de cette voisine (personne), déçus devant l’abandon d’un amant
(action), écœuré en voyant ma propre jalousie (réaction devant une réaction qui est un ressenti personnel (Vous allez peut-être rétorquer vivement qu’être
amoureux ce n’est pas de la souffrance, mais plutôt du bonheur! Peut-être, mais n’allons pas trop vite; nous y verrons plus clair lorsque nous serons parvenus
à examiner l’amour et ses liens avec la souffrance).

 

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose