14 septembre, 2014

Pour finir, NORGE

Classé dans : — unpeudetao @ 8:29

Le savez-vous, chez ce peuple d’oiseaux,  La mode fut qu’on se coupât les ailes ;  Pourquoi de l’aile, on ne volait plus guère,  On mangeait trop et l’on marchait si peu  Que pour finir on se coupa les pattes.  Quant à chanter, le fait devint si rare  Que pour finir, on se coupa la gorge.

 

NORGE (1898-1990), bruxellois.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose