• Accueil
  • > Pour un poète mort, Jules Supervielle

1 octobre, 2013

Pour un poète mort, Jules Supervielle

Classé dans : — unpeudetao @ 19:34

Donnez-lui vite une fourmi
Et si petite soit-elle,
Mais qu’elle soit bien à lui !
Il ne faut pas tromper un mort.
Donnez-la-lui, ou bien le bec d’une hirondelle,
Un bout d’herbe, un bout de Paris,
Il n’a plus qu’un grand vide à lui
Et comprend encor mal son sort.

 

À choisir il vous donne en échange
Des cadeaux plus obscurs que la main ne peut prendre :
Un reflet qui couche sous la neige,
Ou l’envers du plus haut des nuages,
Le silence au milieu du tapage,
Ou l’étoile que rien ne protège.
Tout cela il le nomme et le donne
Lui qui est sans un chien ni personne.

 

Jules Supervielle (1884-1960).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose