• Accueil
  • > Reflet, Marguerite PERROY

15 juin, 2017

Reflet, Marguerite PERROY

Classé dans : — unpeudetao @ 16:55

Un peu d’eau gît, morne et stagnante,

Au creux étroit de six pavés,

Grisâtre, presque répugnante.

Des cailloux émergent lavés.

Un pitoyable destin voue

Flétrie, inutile, celle eau

À se résorber dans la boue,

Elle qui tombe de si haut.

« Ma sœur l’eau, dit le saint d’Assise,

Chaste et pure !… » Lui qui parla

Si bien d’elle, qu’il exorcise

L’eau malchanceuse que voilà !

.. Impatience, une main semble

Des nuages briser le plomb…

Miracle ! à présent l’azur tremble

Dans la flaque, miroir oblong.

Elle resplendit. On hésite

À la fouler d’un pied distrait ;

Sa limpidité ressuscite

En qui tant de bleu transparaît.

Insensé, l’homme qui dédaigne

Sa vie humble, au sort usuel ;

En elle tout l’infini baigne :

La moindre flaque d’eau peut refléter le ciel !

Marguerite PERROY (1891-1962).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose