6 juillet, 2009

02 Accepter de se tromper

Classé dans : — unpeudetao @ 10:01

 
Pour que sa croissance se réalise, le chef d’une entreprise doit se connaître à fond. Mieux il se connaîtra, moins il traitera les autres de haut, plus
il comprendra aussi que chacun est habité par le bien et par le mal (comme lui), partagé entre la grandeur et la mesquinerie, la force et la faiblesse
(également comme lui). En somme, on apprend à se connaître dans la mesure où l’on a connu ses cendres et que l’on s’en est relevé. Le P.D.G. comprendra
qu’il n’y a pas d’individu qui soit supérieur à un autre et que chacun a quelque chose à apprendre d’un autre.

 
Comme toute personne en situation d’autorité. le P.D.G. est en fait un éducateur. Cela ne veut pas dire qu’il est au-dessus des autres, mais qu’il est capable
d’apprendre plus que d’autres. Voici ce que dit à ce sujet le grand éducateur Robert Fuller, et qui pourrait éclairer le rôle du P.D.G.: « Les grands éducateurs
sont grands parce qu’ils font plus d’erreurs que tout le monde. Ils les font plus vite et ont la capacité de s’en remettre. Mais ce n’est pas qu’ils ne
se trompent pas. En vivant tout près de quelqu’un comme cela, on apprend à sortir des fossés où l’on est tombé. Voilà ce que font les bons éducateurs.
Ils ne paraissent pas toujours infaillibles ou invulnérables. Ils partagent leur vulnérabilité et leur faillibilité et montrent comment rebondir, parfois
pas dans l’heure qui suit, mais un jour ».

 
Le P.D.G. comprendra que la façon dont il se voit lui-même est la même que celle dont il verra les autres. S’il n’accepte pas ses faiblesses ou ses erreurs,
il n’acceptera pas non plus celles de ses ouvriers, qui ne seront plus alors ses partenaires mais des gens qu’il jugera de haut, comme il le fait avec
lui-même. Il doit se pardonner, se libérer de sa culpabilité. C’est là l’un des points les plus importants. Pour y arriver, il doit surtout s’autoriser
à se tromper, ce qui ne sera pas possible à moins qu’il n’ait compris qu’il est fait de la même pâte humaine que les autres.

 
Être conscient des influences religieuses

 
Il devra se rendre compte de l’influence de la religion sur sa vie, dans les domaines du travail, de l’argent, du sexe, de l’émotion avec tous les tabous
que cela charrie, comme les larmes, les émotions ou les manifestations de faiblesse. Il devra bien se rendre compte de la différence entre la force macho
qui est faite de vantardise, d’orgueil et d’apparences, et la force de caractère qui est faite d’acceptation de ses qualités et de ses défauts ainsi que
de la capacité de renaître de ses cendres. Le P.D.G. doit accorder l’autonomie, la fierté personnelle à ses employés. Ceux-ci ne doivent ni avoir peur
ni être dépendant, pas plus de lui que de leurs subalternes. En effet, dans une entreprise, l’autonomie des employés est la garantie de sa force et de
sa cohésion, je dirais même de sa créativité.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose