• Accueil
  • > Résignation, Hélène Swarth

26 octobre, 2013

Résignation, Hélène Swarth

Classé dans : — unpeudetao @ 18:28

Seigneur, je reconnais que l’homme est en délire,
S’il ose murmurer ;
Je cesse d’accuser, je cesse de maudire,
Mais laissez-moi pleurer !
VICTOR HUGO.

 

Je ne me plaindrai pas. Mes yeux remplis de larmes
Regarderont là-haut et non point ici-bas.
L’espérance et la foi sont de puissantes armes.
              Je ne me plaindrai pas.

 

Je subirai mon sort jusqu’à l’heure suprême
Où l’ange que l’on craint et qu’on nomme la Mort
Viendra me réunir avec celui que j’aime.
              Je subirai mon sort.

 

Triste, mais résigné, mon pauvre cœur palpite.
Peut-être mon arrêt est-il déjà signé.
Silence donc, mon cœur, et ne bats pas si vite,
              Triste, mais résigné !

 

Moi qui n’ai plus d’espoir sur cette froide terre
Où rien ne me sourit, où tout est morne et noir,
Je dormirai bientôt peut-être au cimetière,
              Moi qui n’ai plus d’espoir !

 

Mais s’il faut vivre encor, ô Dieu, de ta clémence
J’implore un don céleste, un merveilleux trésor,
La mère de la paix, la sainte patience,
              S’il me faut vivre encor !

 

Hélène Swarth (1859-1941).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose