9 août, 2011

Sainte Rita de Cascia

Classé dans : — unpeudetao @ 20:33

 

Rita naquit au mois de mai 1381, à Roccaporena, près de Cascia (Ombrie). Sa naissance porte déjà le cachet du surnaturel : des abeilles mystérieuses, voltigeant autour de son berceau, pénétraient dans sa bouche entr’ouverte et en ressortaient sans lui faire aucun mal. Par ce miracle, Dieu voulut sans doute préconiser en Rita cette vertu de douceur dont elle devait être par la suite le vivant et sublime modèle.

 

Le 22 mai 1457, comblée de mérites, Dieu l’appela à Lui. A sa mort, une lumière merveilleuse inonda sa cellule, une odeur ineffable se répandit dans le couvent, et son âme fut vue, auréolée de gloire, monter au Ciel. Elle fut proclamée Bienheureuse en 1737, et canonisée au mois de mai 1900. Aujourd’hui, la dévotion à Sainte Rita est universelle et ses grâces sont innombrables. Elle est invoquée surtout dans les cas désespérés. Son corps, miraculeusement conservé, repose dans son Sanctuaire de Cascia, en Italie.

 

*******************************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Une réponse à “Sainte Rita de Cascia”

  1. unpeudetao dit :

    Apophtegmes 55, des pères du désert.

    Plusieurs moines qu’on appelle  » priants  » vont à l’Enaton, chez Abba Lucius. L’ancien leur demande :
     » Quel est le travail de vos mains ? « .
    Ils disent :
     » Nous ne travaillons pas de nos mains, mais comme l’Apôtre le commande, nous prions sans arrêt « .
    Abba Lucius leur demande :
     » Est-ce que vous ne mangez pas ?  »
    Ils répondent :
     » Si « .
    Alors il leur dit :
     » Quand vous mangez, qui donc prie à votre place ? « .
    Il leur dit :
     » Quand vous dormez, qui donc prie à votre place ? « .
    Mais ils ne trouvent rien à répondre.
    Alors Abba Lucius dit aux moines :
     » Excusez-moi, mais vous ne faites pas ce que vous dites. Moi, je vais vous montrer que je prie sans arrêt quand je travaille de mes mains. Je m’assois avec Dieu. Je mouille les joncs et je les tisse en cordes. Je dis en même temps :
     » Dieu, aie pitié de moi dans ta grande miséricorde. Dans ton immense bonté, efface mon péché  » (Psaume 50, 2).
    Abba Lucius demande aux moines :
     » Est-ce que ce n’est pas une prière ? ».
    Ils répondent :  » Si « . Puis il leur dit :
     » Quand j’ai passé toute la journée à travailler et à prier, j’ai gagné à peu près seize pièces d’argent. J’en mets deux à ma porte et je mange avec le reste. Celui qui prend ces deux pièces d’argent prie pour moi quand je mange ou quand je dors. Ainsi, avec l’aide de Dieu, j’obéis au commandement de prier sans arrêt « .

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose