• Accueil
  • > Sérénité, Edmond-Joseph CASTAIGNE

13 décembre, 2014

Sérénité, Edmond-Joseph CASTAIGNE

Classé dans : — unpeudetao @ 9:07

Le soleil luit, flambeau géant du monde ; Le ciel est bleu, la mer plus bleue en cor. Du haut foyer, une chaleur féconde Sur l’Océan s’épanche en nappes d’or.

 

Sous sa splendeur, chaque goutte s’embrase D’un vif éclair qui dans l’air se confond ; Et l’on dirait que la mer en extase Sourit au ciel, et que le ciel répond.

 

L’astre en rayons se répand sur la lame, Qui les reçoit et les rend reflétés ; Et, se jetant tous deux flamme pour flamme, Dans l’étendue ils mêlent leurs clartés.

 

Ô poudroiement de lumière flottante, Dont la blancheur nous fait fermer les yeux ! Par toi se fait la solennelle entente Entre la mer recueillie et les cieux.

 

L’immensité se repose ; un nuage Qui tout à coup poindrait dans le ciel bleu Verrait bientôt ses menaces d’orage S’évanouir sous mille traits de feu.

 

Deux infinis se contemplent. C’est l’heure Où doucement, au soleil de midi, Le flot bercé, qu’un léger souffle effleure, Vient se chauffer sur le sable attiédi ;

 

Où, sous l’azur immobile en sa gloire, Les pêcheurs las, s’aidant de l’aviron, Mirent dans l’eau, qui derrière eux se moire, Leur voile où passe à peine un lent frisson.

 

Ainsi, parfois, le cœur au cœur se donne ; Une ombre entre eux s’élèverait en vain : De l’un à l’autre, un large amour rayonne Dans un accord grandiose et divin.

 

De tous côtés vient sur eux se répandre Une clarté qui vaincrait le soleil ; Les passions ne leur font point entendre Leur grondement, aux vents d’hiver pareil.

 

Comme, à travers l’infini de l’espace, De longs fils d’or vont des mers au zénith, Tout, pour ces cœurs qu’un seul désir enlace, En un concert mystérieux s’unit.

 

Ainsi, battus tous deux par les tempêtes, Gouffres égaux, océan, cœur humain, Vous retrouvez dans ces célestes fêtes L’oubli d’hier et l’espoir de demain.

 

Qui sondera vos effrayants abîmes, Où nul ne va, même inconnus de vous ? On vous a vus terribles et sublimes Dans vos transports et vos sombres courroux,

 

Et Tonne sait d’où la grande nature Sentait venir les plus poignants sanglots, Des cœurs broyés par quelque âpre torture, Ou des rochers où se brisaient les flots.

 

Mais, plus encor qu’aux heures de tourmente Dont votre fond obscur est agité, Vous êtes beaux dans cette paix charmante. Dans la lumière et la limpidité.

 

Pour le bonheur des hommes et leur joie, Ah ! loin des cris du sauvage ouragan, Fasse le ciel que souvent on vous voie, Calme des cœurs, calme de l’océan !

 

Edmond-Joseph CASTAIGNE (XIXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose