• Accueil
  • > Sonnet de l’inutile impertinence, Franc-Nohain

31 décembre, 2013

Sonnet de l’inutile impertinence, Franc-Nohain

Classé dans : — unpeudetao @ 17:03

L’impertinent petit vieillard, Ayant tiré de sa poche une énorme Tabatière en corne, Me dit d’un air goguenard :

 

 » Voilà du bon tabac, cher Monsieur, je m’en flatte : Mais pour vous, c’est comme des dattes ; Vous pouvez admirer comme on l’a bien râpé, Mais d’en prendre un seul grain il vous faut vous taper. « 

 

 » Monsieur, dis-je au vieillard, vous ignorez sans doute Que je chique, et ne prise pas ; Gardez-le donc, votre sale tabac : Qu’est-ce que vous voulez que j’en foute ? « 

 

Franc-Nohain (1872-1934).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose