28 mars, 2018

Sonnet, Hélène MATHEY

Classé dans : — unpeudetao @ 7:05

Pour que je t’aime, ô Christ, il faut plus que l’espoir

De goûter de ton ciel les félicités pures ;

La crainte de l’enfer, l’horreur de ses tortures

Ne sauraient me garder au sentier du devoir.

Ce qui m’a fait t’aimer, mon Dieu, c’est de te voir

Cloué sur une croix, couvert de meurtrissures,

C’est ton front couronné d’épines, de blessures,

C’est l’heure, où, dans tes yeux, je lus le désespoir.

C’est ton amour, ô Dieu, qui fait que je t’adore ;

S’il n’était point de ciel, je t’aimerais encore,

Si l’enfer n’était plus, toujours je te craindrais ;

Si tout ce que j’attends, tout ce que j’espérais,

Fuyait, comme un vain songe, aux lueurs de l’aurore,

Ô mon divin Sauveur, encor je t’aimerais !

Hélène MATHEY (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose