• Accueil
  • > Splendeur des cieux, Alfred DES ESSARTS

27 octobre, 2013

Splendeur des cieux, Alfred DES ESSARTS

Classé dans : — unpeudetao @ 18:17

Celui qui marcherait dans la nuit constellée
Sans élever au ciel un cœur reconnaissant,
Être matériel à l’orbite aveuglée,
Ne saurait concevoir l’œuvre du Tout-Puissant.

 

Mais celui qui boirait les flots d’or des étoiles,
Aspirant leur éclat plein de sérénité,
Verrait l’immensité lui déplier ses voiles
Jusqu’au seuil du parvis de la Divinité.

 

Ô peuple de géants ! grands éclaireurs de l’ombre,
Comme vous rayonnez, l’un sur l’autre pressés !
Qui pourrait, sans vertige, interroger le nombre
De vos disques de flamme à leur axe enlacés ?

 

Au jour nous subissons la prison des nuages.
La nuit nous verse plus de clartés que le jour,
Et tout nous éblouit dans ces lointains mirages,
Infini de l’espace, infini de l’amour !

 

Alfred DES ESSARTS (1811-1893).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose