• Accueil
  • > Sur la montagne, Joséphin SOULARY

6 septembre, 2012

Sur la montagne, Joséphin SOULARY

Classé dans : — unpeudetao @ 4:35

Des sommets les plus purs, je touche enfin la crête.
Mais plus loin n’est-il pas un horizon plus beau ?
L’oiseau monte si haut au-dessus de ma tête
Et je voudrais monter bien plus haut que l’oiseau !

 

Si haut que l’oiseau plane en l’azur, sa conquête,
Il ne perd pas des yeux son nid dans ce rameau ;
Si bas que l’homme rampe au sillon qui l’arrête,
Ses yeux plongent toujours dans un azur nouveau !

 

Combien de cieux franchir encor, quelle étendue
Pour atteindre à l’objet qui tente et fuit ma vue !
Comme l’oiseau, poète, abaisse ton regard !

 

Ce qu’au loin ton vol cherche est dans ce brin de mousse :
Dieu, dont le double aimant t’attire et te repousse,
S’il n’était que là-haut ne serait nulle part !

 

Joséphin SOULARY (1815-1891).

 

*****************************************************

 

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose