• Accueil
  • > Sur la solitude, Gomberville

24 novembre, 2011

Sur la solitude, Gomberville

Classé dans : — unpeudetao @ 5:24

Cesse d’aimer le siècle et ses fausses maximes,
Quitte un bien passager pour un bien éternel,
Et, t’offrant à ton Dieu par un vœu solennel,
Brûle du feu sacré qui brûle ses victimes.

 

Ne livre plus ton âme à l’horreur de tes crimes,
Dépouille le vieil homme et son esprit charnel,
Et, fuyant les plaisirs du monde criminel,
Défend même à tes sens les plaisirs légitimes.

 

Lasse-toi d’inviter la colère des cieux,
Cours à la pénitence et viens dans ces saints lieux
Où les cœurs n’ont que Dieu pour objet de leur flamme.

 

Mais n’attends pas de toi ces généreux efforts
Si Dieu ne rend ton corps esclave de ton âme,
Ton âme est pour jamais esclave de ton corps

 

Marin Le Roy de Gomberville (1600-1674).

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose