29 mars, 2017

Sur l’Alpe, Jean SUTER

Classé dans : — unpeudetao @ 1:25

Le soir, lorsque sur l’Alpe on entend des bergers

« Jodler » en leur patois des chants mélancoliques,

Quand on sent les parfums dont les vents sont chargés

Apporter de bien loin leurs senteurs bucoliques,

Alors que les taureaux se prennent à meugler,

Lorsque le ciel se teinte et de pourpre et de rose,

L’on se sent bien souvent le cœur un peu morose

Et l’on retient un pleur déjà prêt à couler.

Le crépuscule a fui. La lune s’est levée

Sur le vert pâturage où tout est endormi ;

C’est l’heure de la nuit, l’heure où notre pensée

Ne songe plus au monde et s’échappe à demi.

C’est l’heure où l’on se sent une âme de poète,

Où l’on ne contient plus les élans de son cœur

Pour chanter la Nature et Celui qui l’a faite,

Le soir, lorsque, sur l’Alpe, on songe au Créateur.

Jean SUTER (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose