• Accueil
  • > Sur un cimetière, Auguste GAILLARD

10 décembre, 2017

Sur un cimetière, Auguste GAILLARD

Classé dans : — unpeudetao @ 5:43

Le vieux temple a croulé sous un fort coup de vent ;

Et pendant qu’on construit un nouvel édifice

Sur les ruines d’un couvent,

Les fidèles s’en vont, pour le divin service,

Dans l’humble cimetière, – aux cœurs toujours propice, –-

S’agenouiller en foule et prier en rêvant.

Quelques bancs pour les vieux, un fauteuil pour le prêtre,

Un autel de verdure, et c’est tout. C’est assez.

Pour adorer le divin Maître,

Un cœur fervent suffit. Les heureux trépassés

Ne murmureront pas dans leurs cercueils glacés

En entendant ces voix qu’un grand espoir fait naître.

Rien n’est plus solennel et rien n’est aussi grand

Que ce culte en plein air ! Les voix graves et lentes

Qui montent dans l’air odorant

D’un matin de juillet aux heures somnolentes,

Les jeunes fronts pensifs, les vieilles mains tremblantes

Jointes sur les genoux dans un geste expirant ;

Tous ces cœurs prosternés devant l’Être suprême,

Sous l’azur transparent, sous l’infini des cieux,

M’ont dit : C’est ainsi que l’on aime.

Sur la croix d’un tombeau, recueilli, sérieux,

Brûle tout ton orgueil, brûle tous tes faux dieux !

Croire au divin bonheur, c’est le bonheur lui-même.

Auguste GAILLARD (XIXe siècle).

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose