• Accueil
  • > Un Caractère trop Faible (Histoire chinoise)

21 décembre, 2013

Un Caractère trop Faible (Histoire chinoise)

Classé dans : — unpeudetao @ 18:54

Il était une fois un vieux paysan qui vivait du rapport de quelques mous de champ qu’il cultivait lui-même. C’était un homme sans caractère, mais qui prenait sa faiblesse pour une humeur paisible. Un jour, on vint lui dire : – Votre voisin a mené sa vache dans votre champ ; elle a piétiné vos plants de riz. – Il ne l’aura pas fait exprès, répondit le vieux paysan. Je ne peux lui en vouloir. Le lendemain, on vint lui dire : – Votre voisin est en train de moissonner le riz de votre champ. – Mon voisin n’a pas grand’chose à manger, expliqua le vieux paysan, mon riz est mûr avant le sien, qu’il en récolte un peu pour nourrir sa famille, cela ne tire pas à conséquence.

 

Cette humilité qui poussait toujours le vieux à faire des concessions rendit le voisin de plus en plus hardi ; celui-ci s’appropria une partie du champ du vieux voisin et pour faire un manche à sa houe, coupa une branche à l’arbre qui ombrageait le tombeau des ancêtres du vieillard. Perdant patience, le vieux paysan vint lui demander des explications. – Pourquoi vous êtes-vous approprié une partie de mon champ ? – Nos champs se tiennent, répondit le coquin, tous deux proviennent du même terrain inculte que nous avons défriché ; la ligne de démarcation n’a jamais été bien tracée. Vous me reprochez d’empiéter sur votre champ? Mais c’est plutôt vous qui avez empiété sur le mien ! – Mais tout de même, pourquoi avez-vous coupé des branches à l’arbre qui ombrage la tombe de mes ancêtres ? – Et pourquoi n’avez-vous pas enterré vos ancêtres plus loin ? Riposta l’autre, cet arbre a des racines qui s’étendent sous mes terres et des branches qui s’étalent au dessus de mon champ. Si je veux les couper, cela ne regarde que moi ! Devant tant de mauvaise foi, le paysan fut pris d’un tremblement de colère, mais sa faiblesse habituelle reprit le dessus et, saluant son voisin, il dit : – Ce qui arrive est de ma faute, entièrement de ma faute ! Je n’aurais pas dû vous choisir comme voisin !

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose