• Accueil
  • > Un clin d’œil, Jean-Joseph Rabearivelo

19 février, 2015

Un clin d’œil, Jean-Joseph Rabearivelo

Classé dans : — unpeudetao @ 16:28

Les yeux s’ouvrent, les yeux se ferment, – on ne sait s’il peut frapper aux portes du ciel, pendant ce temps l’éclair le plus rapide. Les yeux s’ouvrent, les yeux se ferment, – arrivent-il à franchir ce qui forme l’univers pour une [fourmi, le pas hésitant d’un enfant ?

 

Les yeux s’ouvrent, les yeux se ferment : tes songes deviendront des cauchemars si tu penses trop à ce qui peut mystérieusement se passer pendant ce temps !

 

Quelles rides, que de rides secrètes plissent alors le front de la terre, et les joues de ta bien-aimée, et celles des femmes que tu désires, et celles des autres que tu ne connais même pas ! Quelles ébauches de fils blancs s’apprêtent à coudre la jeunesse et tressent le linceul qui enveloppera les personnes qui ont trop vécu !

 

Les yeux s’ouvrent, les yeux se ferment – Si tu vas à ces fenêtres Ouvertes sur le monde, n’y dénombre pas les fleurs qui viennent de naître sur la tombe de celles qui sont déjà tombées ; ne cherche pas à y trouver les stèles commémoratives de ce qui n’est plus ou de ce qui a changé dans le silence du Sort ; – ces stèles écroulées aussitôt érigées au cimetière qui s’étend derrière les yeux. N’y contemple que cette jeunesse éternelle qui s’offre à toi, en un clin d’œil, et qui est fille des vieux mondes successifs.

 

Jean-Joseph Rabearivelo (XXe siècle), malgache.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose